Le livre de recette de grand-mère - Nancy Pollard

Mon blogue

Le livre de recette de grand-mère

Le livre de recette de grand-mère - Nancy Pollard

Ma grand-mère m’a légué un cahier où elle écrivait toutes ses recettes. J’aimais consulter ces pages jaunies et tachées, où, avec son écriture élégante, elle avait consigné ses tours de mains et ses ingrédients secrets. Ma nièce, qui est présentement en formation pour obtenir un emploi infirmière, m’a demandé, plusieurs fois, de scanner le document et de le faire parvenir à toute la famille, pour que tous puissent en profiter. La recette de beurre maître d‘hôtel, qui était inscrite, m’avait valu de nombreux compliments. L’astuce était de mêler tous les ingrédients, le persil, le citron, le sel et le poivre avec le beurre, en les malaxant avec les doigts. Pour la découpe des oignons, elle avait une façon de faire qui garantissait d’avoir des morceaux très fins. En coupant l’oignon en deux dans le sens de la hauteur, elle pratiquait plusieurs incisions dans le sens horizontal, puis dans le sens vertical, avant de se mettre à trancher, avec un couteau à la lame bien aiguisée, l’oignon en tranches fines.

Pour mettre de la tomate dans un plat, et j’en ai toujours mis, tout comme ma grand-mère, dans ma soupe, je la pèle et je l’épépine, car la peau et les pépins sont indigestes. Pour la peler facilement, je fais bouillir de l’eau dans une petite casserole, et je plonge la tomate, avec une fourchette piquée dedans. Je la laisse environ trente secondes, pour que la chaire ne soit pas cuite, et je la repêche. Enlever la peau et les pépins se révèle, de cette façon, beaucoup moins compliqué. Le bouquet garni est à la base de nombreuses recettes, et j’ai appris à le faire à ma façon. Quelques brins de céleri, des morceaux de poireau que j’ajoute à du thym, du persil et du laurier, séché, sont les ingrédients que je mets dans un sachet en tulle, que je referme soigneusement. Je m’en sers pour parfumer mes plats, comme mes rôtis.

Pour certaines sauces, j’avais lu, dans le cahier familial, que du beurre clarifié est indispensable. Les recettes qui nécessitent de l’avoir sous cette forme sont nombreuses. Parmi toutes celles que j’ai tentées, je préfère les sauces béarnaises et hollandaises. Pour clarifier le beurre, je le fais chauffer dans une casserole à feu très doux, puis je retire l’écume, de couleur blanche, qui se forme sur le dessus du beurre fondu. J’utilise une petite louche pour réaliser cette opération, et je prends garde de ne pas faire bouillir mon beurre.