Incapable de résister aux chatons - Nancy Pollard

Mon blogue

Incapable de résister aux chatons

À l’intérieur, la chaleur était supportable, en ce mois de juillet torride. J’ai pu constater que mon aménagement de cuisine avait été exécuté selon mes souhaits. Je regardais les détails et tout était parfait, quand j’entendis un aboiement familier. C’était Sally, la chienne de mon voisin, qui jappait. Le chat de Nina devait être sur la terrasse, devant la baie vitrée, à vouloir rentrer dans la maison. Ce félin est adroit, il se tient sur des bordures si fines, qu’une seule patte peut tenir. Il aligne les quatre et marche avec adresse. J’ai déjà filmé cette prouesse. Comme je le connais bien, je l’ai appelé pour qu’il vienne jusque chez moi. J’ai posé un bol de lait pour l’appâter. Il ne tarda pas changer de terrasse, et à venir, par son moyen habituel, sur la mienne. Après avoir bu un peu de lait, il est venu sur mes genoux pour être caressé.

Il est souvent seul et un peu de compagnie lui fait du bien. Comme j’avais envie de profiter de la fraîcheur de mon domicile, j’ai invité l’animal à me suivre. De même, il reste parfois quelques jours quand sa propriétaire est en déplacement professionnel. Elle a une charge de travail importante, et elle ne peut pas toujours s’occuper du chat, répondant au nom de Noisette. Il avait été dit, quand il avait été adopté, qu’il était une chatte. L’avenir a démontré le contraire, mais le nom lui est resté. Cette anecdote, et beaucoup d’autres, m’ont été racontées par Marie, ma voisine. Elle connaît Nina, la maîtresse de Noisette, depuis plusieurs années. Elles ont habité en colocation avant de s’installer chacune de leur côté. Par contre, elles sont si amies, qu’elles n’ont pas pu se résigner à se séparer. 

Marie, tout comme Nina, est absente régulièrement. Il me revient donc la charge de m’occuper du chat de temps en temps. J’aime bien avoir un animal de compagnie par intermittence. C’était un peu un essai, je voyais si je pouvais supporter de partager mon quotidien avec l’un d’eux. Je n’étais pas encore décidé, car j’apprécie aussi les chiens, surtout les plus petits. Alors que j’observais mon invité surprise se prélasser sur ma causeuse, et y mettre de ses longs poils noirs, j’ai eu un message de Claudia. Elle m’envoyait quelques photographies de chatons. Ils étaient issus d’une portée récente, et plusieurs d’entre eux n’avaient pas encore trouvé de maison. Je suis passé, le lendemain, pour les voir, et devinez quoi… Eh oui, je n’ai pu résister à en prendre un !